Le POPIR embauche !

L’équipe du POPIR est à la recherche d’un.e Organisateur(trice) communautaire- défense individuelle des droits !

L’emploi consiste à prendre en charge, en collaboration avec l’équipe de travail, les tâches liées à la défense individuelle des droits des locataires et à la supervision des stagiaires en droit. La personne choisie devra aussi collaborer au travail de défense collective des droits et à l’administration (cogestion).

Plus précisément, la personne devra accomplir les tâches suivantes :
– Services individuels aux locataires (rencontres, par téléphone, par courriel, aide à la rédaction, etc.);

-Supervision des stagiaires en droit

-Dispenser des formations sur le droit du logement ou sur le logement social;

-Assurer une partie des tâches administratives (cogestion);

-Au besoin, représenter l’organisme à l’externe;

-Participer aux réunions d’équipe hebdomadaires.


Exigences de base du poste
􀀀 Bonne connaissance du droit au logement ;
􀀀 Connaissance des pratiques des groupes communautaires;
􀀀 Disposer d’un horaire flexible : il faut être disponible à travailler aussi de soir et en fin de semaine.
􀀀 Capacité à conduire une entrevue en français et en anglais ;
􀀀 Capacité à rédiger en français et en anglais;
􀀀 Personnalité empathique.
Atouts qui seront considérés
􀀀 Avoir des connaissances en informatique (Word, Excel, OpenOffice Base, MySQL) ;
􀀀 Expérience avec des tâches administratives ;
􀀀 Expérience en supervision;
􀀀 Expérience en cogestion;
􀀀 Connaître les quartiers du Sud-Ouest;
􀀀 Connaissance d’une autre langue.


Conditions de travail :
C’est un poste permanent.Premier jour de travail : fin avril/début mai 2021
Salaire est de 25,05 $ par heure la première année, à raison de 28 heures par semaine. Les autres avantages sociaux sont déterminés par les politiques de l’organisme.


Pour soumettre votre candidature
Par courriel : emploi@popir.org
Le POPIR a une politique d’équité à l’embauche.
Merci d’indiquer dans votre lettre de présentation si vous désirez vous en prévaloir.
La date limite pour poser votre candidature est le 28 mars 2021 à 23 h .
Les entrevues auront lieu le 6 avril 2021


Seules les personnes dont la candidature sera retenue seront contactées pour une entrevue. Nous remercions toutes les personnes pour leur intérêt à occuper ce poste !

Hausse de loyer : attention aux hausses abusives

Le Tribunal administratif du logement vient de sortir les indices pour les huasses de loyer. Ces indices permettent d’avoir une estimation d’une hausse de loyer raisonnable. Il faut toutefois ajouter à ce pourcentage les hausses de taxes. Le POPIR-Comité Logement peut vous aider.

En résumé, les indices de la Régie pour 2021 :

  • Logement non chauffé : 0,8 %
  • Logement chauffé à l’électricité : 0,5 %
  • Logement chauffé au gaz : -0,3 %
  • Logement chauffé au mazout : -3 %
  • Dépenses d’immobilisation : 2,3 %
    • 1,92$ par tranche de 1000$ de travaux

N’oubliez pas, vous pouvez toujours refuser une hausse de loyer sans déménager.

Nous vous rappelons aussi que nous revendiquons cette année un Contrôle obligatoire des loyers afin de réellement protéger les locataires. Pourquoi pas commencer par un gel des loyers ?

Les activités du POPIR pendant le confinement

  • Les locaux du POPIR-Comité Logemnt ne sont pas ouverts au public, sauf en cas d’extrême urgence et sur rendez-vous seulement.
  • L’équipe du POPIR est au travail : nous prenons les appels, les courriels et répondons aux demandes des locataires par téléphone ou courriel.
  • Les ateliers et rencontres de groupe en personne ne peuvent pas avoir lieu – au besoin on le faut pas téléphone
  • Les manifestations sont autorisées alors on continue de se mobiliser : PROCHAINE MANIFESTATION : le lundi 8 février à 10h30

Manifestation pour les logements sociaux

Lundi 8 février, les comités logement du Sud-Ouest (le R.I.L de Pointe-Saint-Charles et le POPIR-Comité Logement) vous invitent à une manifestation pour les logements sociaux.

Depuis son arrivée au pouvoir, la C.A.Q. n’a pas investi dans aucun nouveau logement social. Elle dit qu’elle va livrer les logements sociaux coincés dans la machine mais depuis 2018, seulement 2400 logements ont été construits dans tout le Québec. Dans le Sud-Ouest seulement, nous en revendiquons 4000 pour répondre aux besoins les plus urgents.

la COVID-19 a mis en lumière toutes les conséquences dramatiques du mal-logement. La situation est aggravée par la forte spéculation immobilière dans notre arrondissement. Le logement est un besoin essentiel et ne devrait jamais être une marchandise. C’est pourquoi nous allons prendre la rue et interpeller Legault dans le cadre de la campagne du FRAPRU, pour du logement social maintenant !

La marche sera sécuritaire puisque les distances seront respectées, le port du couvre-visage sera obligatoire. Il y aura une soupe <gratuite à la fin de la manifestation !

Pour être dedans à 20h, ça prend un logement!

Au lendemain de l’annonce d’un couvre-feu (interdiction d’être à l’extérieur après 20h), le POPIR-Comité Logement constate que les personnes qui seront davantage touchées sont les personnes qui n’ont pas de logement ou qui vivent dans des conditions de logement indécentes (logement trop petit, moisissures, punaises, etc.).

Non, il n’y a pas de place pour toutes et tous dans les ressources en itinérance. Et même là, les gens ont besoin d’un logement, d’un toit digne et sécuritaire.

Les comités logement et leurs regroupements le FRAPRU et le RCLALQ, les organismes en itinérance s’entendent tous pour dire qu’il faut plutôt développer des mesures sociales, investir dans les logements sociaux, dans les services sociaux et publics.

«Pour du logement social, MAINTENANT» à Côte-St-Paul-Ville-Émard

Le 25 novembre dernier, la table de concertation de Côte-St-Paul-Ville-Émard lançait sa campagne «Pour du logement social, MAINTENANT». En effet, il ne s’est construit qu’une cinquantaine de logements sociaux dans les 20 dernières années. Pourtant, les besoins sont énormes.

Nicole Bernier, résidante de Côte-St-Paul témoignait lors du lancement : «Depuis 21 ans que je reste dans le secteur et puis y’a pas grand chose qui bouge. Moi, ça fait 6 ans que j’attends un logement social et ils me font comme réponse que j’en ai pour 7 ans d’attente. Moi j’ai 59 ans, je travaille à temps partiel, j’ai besoin d’un logement subventionné».

Les résidant.e.s, les organismes et les commerces du quartier sont invités à afficher leur soutien à la campagne «Pour du logement social MAINTENANT». Les organismes et les locataires continueront leurs pressions d’ici le budget du Québec et même après en s’alliant à la campagne nationale du FRAPRU.