Canada Malting : rassemblement anti-gentrification – 4 juillet à 18h

–English below —

Saint-Henri se gentrifie tellement que de plus en plus de ménages doivent maintenant quitter le quartier. À l’ouest de la rue de Courcelle, il reste encore des immeubles locatifs abordables sur les rues Ste-Marie, Palm, Ste-Émilie, Dagenais, dans le Village Turcot, le Village des Tanneries, etc. Toutefois, ces deniers remparts à la gentrification sont en danger, surtout si l’ancienne Canada Malting se redéveloppe en condos !
Depuis quelques mois, le Collectif «A nous la Malting» travaille sur un projet 100% communautaire sur l’ancienne usine, avec des logements sociaux, un pôle alimentaire (jardins, épicerie communautaire, fermette, etc), des services et des commerces de proximité.
En mai dernier, le Collectif est allé à l’Hôtel de Ville de Montréal pour sensibiliser les élu.e.s. Le Maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, s’est engagé à «voter pour la mise en réserve du terrain de la Canada Malting, si la résolution est présentée au Conseil », à «faire des représentations » et à «appuyer un projet 100% communautaire ».
Nous invitons donc les résident-e-s de St-Henri et leurs allié.e.s à montrer leur opposition aux condos, à la gentrification et leur soutien à un projet pour et par la communauté. Plus nous serons nombreuses et nombreux et plus l’achat du site par la Ville sera incontournable ! Rendez-vous à l’arrondissment du Sud-ouet, avant le tenue du Conseil du 4 juillet. Ceux et celles qui le souhaitent pourront aussi poser des questions aux élu.e.s.
Pour en savoir plus sur le porjet communautaire : http://lamalting.org/A-nous-la-Malting_Dossier-presentation-strategique.pdf

évènement facebook

 

Saint Henri is increasingly gentrified, more and more people are being pushed out of their neighbourhood. West of Courcelle affordable housing is available on streets like rues Ste-Marie, Palm, Ste-Émilie, Dagenais, dans le Village Turcot, le Village des Tanneries, etc. However, these last holdouts are in danger, especially if the Canada Malting building becomes a condo development!

For months now, the « A nous la Malting » collective has been working on a 100% community project on the post industrial site with social housing, a food hub (gardens, community grocer, hobby farm, etc), as well as services and businesses that cater to locals.

Last May, the collective went to city hall to raise awareness among the elected officials. Benoit Dorais, the mayor of the Southwest, committed to « vote to reserve the Canada Malting site, if the resolution is presented to City Council », to « make representations » and « support a 100% community project ».


We invite the residents of St Henri and their allies to show their opposition to condos, to gentrification, and to show their support for a project thats for and by the community. The more we are, the more difficult it will be for them to not buy the site for us! Come to the Southwest burrough before the Council meeting on July 4th. For those so inclined there will be a signup to ask the elected officials questions.

 

22 mai Manifestation et occupation pour le logement social!

 

Manifestation et occupation pour du logement social ici!

Le lundi 22 mai 2017

Départ de la manifestation, à 13h30, de la Place du Canada, au coin des rue Peel et René-Lévesque (Métros Bonaventure ou Peel).

Le lieu de l’occupation sera dévoilé le jour même.

Départ du POPIR

13h au POPIR-Comité logement(4017 Notre-Dame O.) à quelques minutes du métro Place-Saint-Henri.

Pour plus d’informations: (514)-935-4649

À partir du 22 mai, c’est sur le thème «du logement social ici!» que les groupes membres du FRAPRU déclencheront simultanément des occupations de bâtiments et de terrains  dans plusieurs villes et quartiers, à travers le Québec, pour obtenir la pleine reconnaissance du droit au logement pour toutes et pour tous, pour accroître la pression sur les gouvernements afin qu’ils financent un nombre beaucoup plus significatif de logements sociaux échappant à la logique du profit et pour montrer qu’il ne manque pas de lieux où réaliser de nouveaux logements sociaux.

 

 

 

 

 

 

Lundi 15 mai : A nous la Malting!

Pour stopper la gentrification l’ouest de St-Henri et pour montrer votre appui au projet 100% communautaire des gens du quartier, nous vous invitons à vous mobiliser avec nous.
 
 En 2013, les résidant-e-s de St-Henri se sont opposés sans réserve et avec force à la transformation de l’ancienne usine de la Canada Malting, le long du Canal, en 700 condos. Depuis, des actions et des activités locales, des assemblées publiques et une opération populaire en aménagement ont été organisées.Suite à un atelier de conception en février 2017, le Collectif «À nous la Malting» travaille au développement de son propre projet.
 
Nous voulons un projet 100% communautaire
* parce que cette ancienne usine est la dernière usine vacante que la population peut se réapproprier avant qu’un investisseur ne mette la main dessus (pour faire du profit);
* parce qu’un projet privé ne pourra pas répondre aux besoins locaux ; pour être rentable, un projet privé comprendra inévitablement des condos et entrainera la gentrification du secteur;
* parce que dans le secteur où se situe la Canada Malting, les revenus moyens sont très bas et les besoins sont énormes (épicerie communautaire, agriculture urbaine, logement social, services de proximité, commerces abordables, bureau de poste, etc.).
 
Nous demandons aux élu.e.s de tous les paliers de gouvernement d’investir dans le projet
* parce que de l’argent, il y en a : dans le cadre de la consolidation du pôle récréotouristique Gadbois, la Ville va investir 45 millions $…cet argent serait si bien investi pour répondre à des besoins locaux (les gens ont faim et sont mal-logé.e.s!!);
* parce que dans le cadre du Pdues (plan de développement urbain économique et social), il y aura d’autres investissements dans le quartier;
* parce que la Ville de Montréal a les moyens de mettre le site en réserve;
*parce que le gouvernement du Québec a annoncé 175 millions $ sur 5 ans pour décontaminer des sols;
*parce que le gouvernement fédéral a les moyens d’investir dans des infrastructures sociales et que la Canada Malting peut devenir le filet de sécurité sociale et alimentaire des résidant-es.

3000 logements sociaux dans le budget du Québec : combien pour Côte-St-Paul-Ville-Émard ?

500 ménages de Côte-Saint-Paul et 375 de Ville-Émard paient 80% de leur revenu pour se loger.

Combien d’unités de logements sociaux seront construits dans ces quartiers à partir des 3000 budgétés à Québec ?  On est en droit de se le demander quand on sait que la majorité des coopératives du quartier datent des années 80!

Pour rendre visibles les besoins en logement social des locataires, le POPIR-Comité Logement organise un Grand Rassemblement ! Rendez-vous samedi 8 avril, à 13h au métro Monk !

Comité mobilisation du POPIR

Vous vous sentez concerné.e.s par la lutte pour le logement social?

affiche_comite-mob_2-novembre-1

Vous aimeriez savoir qu’elles sont les revendications actuelles en termes de logement social?

Pourquoi c’est si difficile d’avoir accès au logement social?

Qu’elles sont les personnes les plus touchées par le manque de logement abordables?

Voila un exemple de questions auxquelles nous allons répondre au prochain comité mobilisation. Nous parlerons également des prochaines actions à venir au cours de la prochaine année.

On vous attend nombreux et nombreuses!!

MANIF pour un Espace autogéré à St-Henri

Pour un espace autogéré à St-Henri : une réponse à la gentrification de notre quartier !

sticker

La gentrification transforme St-Henri en un quartier de destination où les bourgeois.e.s des nouveaux condos et leurs ami.e.s viennent en BMW pour se montrer avec un expresso à la main ou une crème glacée de luxe ! La gentrification n’améliore pas les conditions de vie des locataires des quartiers populaires, elle les efface de l’espace public, derrière les « belles » vitrines, et elle les éloigne, à la marge, où les loyers sont encore un peu moins chers.

Toute l’année, des résidant-e-s de St-Henri, des groupes communautaires, des Collectif luttent pour dénoncer la gentrification et ses impacts. Ils manifestent, ils déposent des mémoires, ils font de l’action directe. Inscrit dans ce mouvement de lutte, les membres du Collectif pour un Espace Autogéré veulent aussi développer une alternative à la gentrification commerciale de la rue Notre-Dame en revendiquant un bâtiment vacant qui deviendra un « Espace pour nous, à St-Henri ». Un lieu de rassemblement pour toutes et tous avec des projets qui répondent aux besoins, comme avoir de la nourriture pas chère (ou gratuite).

Il y a des bâtiments vides sur Notre-Dame, nous devons les récupérer avant que les investisseurs et les promoteurs mettent la main dessus et nous dépossèdent définitivement de notre quartier.

Venez avec vos masques, vos costumes, vos instruments (c’est halloween) !
Venez combattre avec nous le monstre de la gentrification !

BOUFFE GRATUITE, MUSIQUE, ANIMATION, MAQUILLAGE et AUTRES SURPRISES à la fin de l’action !

Pour infos : espaceautogere@riseup.net

***
For an autonomous space in St-Henri: a response to the gentrification of our neighbourhood!

Gentrification is transforming the neighbourhood of St-Henri into a destination area, where the bourgeoisie of the new condos and their friends come in BMWs to parade with an espresso or luxury ice cream in hand! Gentrification doesn’t improve the living conditions of tenants of working-class neighbourhoods. It hides them from public space, behind « beautiful » window dressing. It removes tenants, pushing them to the periphery, where rents are still a little cheaper.

Throughout each year, residents of St-Henri, community groups, and collectives struggle to denounce gentrification and its impacts. They have rallies, they file briefs, they do direct action. In the spirit of this struggle, members of the Collective for an Autonomous Space also want to create an alternative to the commercial gentrification of Notre Dame by claiming a vacant building that will become a « space for us in St-Henri: » A gathering place for everyone with projects that meet our needs, such as having some cheap (or free) food.

There are some empty buildings on Notre Dame street. We need to reclaim them before investors and condo developers get their hands on them and we end up completely dispossessed from our own neighbourhood.

Bring your masks, your costumes, your instruments! (It’s halloween.)
Come fight with us against the monster of gentrification!
FREE FOOD, MUSIC, ENTERTAINMENT, MAKEUP AND OTHER SURPRISES at the end of the demo!

For info: espaceautogere@riseup.net

Comité mob. du P.OP.I.R.

557998_553448308051748_861166624_n

Venez regarder le film : Dans l’ombre des frontières avec nous
https://www.youtube.com/watch?v=PCvf5U6qRuk
(English will follow)

Oui, le Logement c’est un droit, mais pour qui ? Mais sur tout Pour quoi ?

‘’Notre demande d’asile a été refusée en avril 2014 et on s’est retrouvés dans la rue. On n’avait pas de quoi payer un loyer’’
-Anonyme.

‘’Pour le moment je consacre plus de 80% de mon revenu à mon loyer, et même si je vois l’avenir positivement, J’ai hâte d’avoir ma résidence permanente pour pouvoir avoir accès à un logement subsidié. À ce moment-là je pourrais en fin me poser et me sentir en sécurité’’

– Dounia Amour (2015, avant d’obtenir sa résidence permanente)

Même si le logement devrait être un droit pour toutes et tous, nous sommes encore loin de le faire valoir. Juste dans le Sud-Ouest de Montréal, il y a plus de 50% des ménages locataires qui consacrent la plupart de leur revenu à payer leur loyer. Qui sont ces ménages ? C’est quoi les barrières qui les empêchent d’avoir un logement salubre, sécuritaire et bon marché ? Ont-illes le droit de se loger à 25% de leur revenu ? Pourquoi ? Et si le logement est un droit pour toutes et tous, pourquoi il y a des catégories de personnes qui sont encore exclues ?

Venez passer un bon moment avec le comité mobilisation du POPIR en regardant le film : Dans l’ombre des frontières. Venez jaser avec nous sur le contenu du film en faisant des liens avec le logement. Venez poser de questions originales qui vont au-delà de la rhétorique et de la politique de division et de la peur du manque de ressources et soyez prêtes à trouver des réponses ensemble sur le comment on pourrait faire différemment. Quelque soit ta situation de logement, ton origine, ton quartier ou ton implication dans le POPIR.

Nous voulons redéfinir la mobilisation pour qu’elle ne soit pas juste pour garder « nos » jobs ET « nos » logements pour « nous », parce que après tout: C’est qui nous, 😉 ?

Mercredi prochain : 5 octobre 2016
À : 17h00
Au : CÉDA, 2515 rue Deslisle

-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.-.
Come watch the film: In the shadow of borders with us
https://www.youtube.com/watch?v=PCvf5U6qRuk

Yes, Housing is a right but for whom? But overall Why?

 » Our asylum seeking request was denied in April 2014 and we ended up in the street. We did not have the means to pay rent  »
-Anonymous.

 » At the moment I spend 80% of my income to pay my rent, and even if I see the future positively, I cannot wait to have my permanent residence to have access to subsidized housing. It will be just at that time when I think I will feel safe’’

– Dounia Amour (2015, before she got her permanent residence)

While housing should be a right for everyone, we are still far away from that to be true. Just in the Southwest of Montreal, there are more than 50% of tenant’s that spend most of their income to pay their rent. Who are these households? What are the barriers that prevent them from having decent, safe and cheap housing? Do they have the human right to pay just 25% of their income? Why? And if housing is a right for everyone, why are there still categories of people excluded?

Spend some time with the POPIR’s mobilization committee watching the film: ‘’In the shadow borders’’. Come chat with us about the content of the film and let’s make some connections with housing rights. Let’s ask some original questions that go beyond the rhetoric and the politics of division and fear of lack of resources and be ready to find answers together on how we might do differently! Whatever your housing situation, your origin, your neighborhood or your involvement are at POPIR we will be waiting for you.

We would like to redefine the term mobilization that it is no longer just to keep « our » jobs and « our » housing for « us », because after all: Who is ‘’us’’?

When: next Wednesday October 5th , 2016
Time: 17h00
At: CEDA, 2515 rue Delisle

La rentrée s’annonce chaude: tenir tête au gouvernement et aux gentrificateurs!

frapru_acceslogis

 

Les crosseurs ne prennent pas des vacances; nous autres non plus!

Deux actions fin-d’été pour défendre le droit au logement et le droit au maintien dans nos quartiers!

samedi 27 août, à 20h, Parc des Cordonniers (Notre-Dame O./Bourget): Projection de film! 

Dans le contexte de la lutte pour un espace autogéré à St-Henri, occupons les espaces publics cet été pour faire vivre notre quartier à notre manière!

Venez passer du bon temps ensemble, s’approprier nos espaces communs, et imaginer la vie de quartier dans un espace autogéré!

mercredi 31 août, Rassemblement devant la consultation sur Accèslogis, 13h, devant l’hôtel Holiday Inn, au 999, Saint Urbain, coin Viger, (métro Place d’Armes)

(Lieu de rassemblement Sud-Ouest: 12h30 au POPIR, 4017 rue Notre-Dame Ouest)

En juin dernier, le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) et la Société d’habitation du Québec (SHQ) ont lancé une consultation sur les programmes québécois en habitation, qui vise à « optimiser » les investissements gouvernementaux en habitation « afin d’aider plus efficacement (la) clientèle ». Cependant, toutes leurs questions ne portent que sur AccèsLogis, le seul qui permette encore le développement de nouveaux logements sociaux. Les autres programmes, qui se traduisent par des subventions aux propriétaires privés, ne font l’objet d’aucun questionnement.

Le FRAPRU y voit le signe d’une remise en question du logement social.

Pourtant…
À l’heure où 270 340 ménages locataires du Québec ont des besoins impérieux de logement, où plus de 40 000 d’entre eux attendent un HLM depuis plusieurs années, où le parc de logements privés vieillit vite et mal, le gouvernement doit non seulement poursuivre le développement de nouveaux logement sociaux, en construction neuve, en recyclage ou en rénovation, mais il doit l’améliorer et le bonifier, afin qu’au cours des 5 prochaines années, on ait répondu aux besoins les plus criants.

C’est pourquoi il est important de se mobiliser en marge de la consultation, afin de faire entendre nos voix :

Rassemblement le 31 août 2016, à Montréal
Rejoignez-nous en grand nombre, à 13h, devant l’hôtel Holiday Inn, au 999, Saint Urbain, coin Viger, (métro Place d’Armes) !

Dimanche 8 mai : le Sud-Ouest occupe pour le logement social

Nos quartiers se gentrifient, les locataires ne se sont pas enrichis, ça prend du logement social !
La semaine d’occupations de terrains et de bâtiments  du FRAPRU commence demain, dimanche 8 mai. Si la première année de la campagne «Le logement un droit», nous avons essayé de camper au centre-ville de Montréal, cette année, les occupations seront locales, dans votre quartier !
Dès le dimanche 8 mai (rendez-vous à 14h00 au métro Lionel Groulx).
Nous avons choisi de commencer dans le Sud-Ouest notamment parce que les besoins en logement social y sont énormes (2470 ménages de l’arrondissement paient 80% de leur revenu pour se loger). La gentrification des dernières années a entrainé des fortes hausses de loyer (jusqu’à 28% dans la Petite-Bourgogne), les condos poussent, les logements sociaux sont trop rares, les terrains et les bâtiments vides disparaissent les uns après les autres au profit des promoteurs.
Les gouvernements fédéral et provincial ont pourtant les moyens d’investir…s’ils en ont la volonté politique !Encore faut-il qu’ils sentent la pression populaire, qu’ils sentent que le mouvement pour le droit au logement ne lâchera jamais tant et aussi longtemps qu’il y aura des mal-logé-e-s.
Manifestons, occupons, campons pour le droit au logement
Ça commence le 8 mai dans le Sud-ouest (14h00 au métro Lionel Groulx)

 

DSC_9915

Pour en savoir plus que le squat/l’occupation, visiter notre facebook ou le site du FRAPRU.